SOUSSOU AU PAYS DES MERVEILLES

Utopiste, jamais contente et rêveuse.

Voilà quelques qualificatifs que l’on aimait bien me coller.

J’ai passé la grande majeur partie de mon existence à me poser des questions du pourquoi et du comment. Rien ne rentrait dans ma logique et j’avais toujours l’impression que tout était de travers. Comme je n’avais aucune explication qui me convenait, je me suis moi-même chaussée de mes plus résistantes plantes de pieds et ai commencé à aller chercher par moi-même.

« C’est comme ça ! » « C’est la vie ! » « Tu es trop jeune pour comprendre ! » ‘ »C’est Dieu qui l’a voulu ! »

Quel enfant n’a jamais entendu au moins une de ces phrases ? D’ailleurs, cela continue même à l’âge adulte…

Donc j’ai commencé à faire mes petits plans stratégiques pour arriver à mes fins…

Je me souviens que je restais des heures à écrire puis à faire des schémas pour mettre en place le monde que je voulais voir naître ! C’est trop drôle quand j’y pense.

Je faisais une sorte de schéma d’un mini-village modèle auto-suffisant au niveau alimentaire et énergétique. Chacun étant respecté dans son individualité mais œuvrant toujours pour le groupe. Il y avait les activités concrètes quotidiennes puis le soir venu des histoires, des jeux, des échanges, etc…

En gros, il y avait le pôle agricole, le pôle éducatif et le pôle gestion. Tout était tourné vers l’artisanat et l’art sous toutes ses formes. Dans mon histoire, il n’y avait pas de conflits majeurs puisque chacun vivait dans un Amour infini et le respect de tous. Les besoins matériels étaient très restreints donc il n’y avait pas trop de  »travail » à effectuer ! Chacun passerait son temps à la contemplation, à chanter, danser, à confectionner toutes sortes d’objets et jouer. Nous communiquerions avec les plantes et les animaux sans problème. L’harmonie parfaite… Un monde bisounours comme certains l’appellerait.

En mettant mon plan par écrit, j’attendais mes 18 ans pour pouvoir commencer à le vivre mon utopie puisque j’étais encore sous la responsabilité de mes parents à ce moment-là. Comme dans mon rêve, la communauté représenterait toute l’humanité, il fallait au moins une personne de chaque pays du monde. Je me suis donc vue voyager à travers le monde et passer mon temps à m’imprégner de chacune des énergies des pays.

J’ai commencé à mettre en route mon rêve depuis mon plus jeune âge surtout lorsqu’il fallait que je développe mes propres compétences pratiques. J’avais compris qu’il me fallait apprendre par moi-même pour pouvoir transmettre à ma manière et surtout rassembler les puzzles pour former un ensemble harmonieux qui chantent à l’unisson. 

Dans tous les domaines de la vie, on me surnommait  »madame solution » puisqu’à mes yeux il n’y avait jamais de problème, que des solutions. Il suffisait de perspicacité et d’ingéniosité et surtout de mise en action.

 

LES ATTENTES ET DÉCEPTIONS

Et voilà que les déceptions mêlées d’impatience, commençaient à poindre le bout du nez…

Je m’en suis rendue compte à chacune des « déceptions ». Qu’elles soient familiales (le « personne ne me comprend ! » perpétuel), dans le milieu dit alternatif ou professionnel. Qui dit déceptions dit attentes.

Tout ce monde merveilleux que je rêvais et contemplais dans mon jardin secret n’était connu de personne. En apparence j’étais tout le contraire. Plutôt terre à terre avec un sens très aigu du  »pratique » et faisant preuve de raison, d’organisation et de logique (propre à la mienne !).

En prenant du recul je me rends compte pourquoi il y a quelques années, j’étais partie vivre de village en village, de « communauté » en communauté en recherchant à chaque fois mon modèle parfait au sein du quel je pourrai apporter ma part et me dévouer entièrement à semer les graines de ce rêve ! Rien n’allait jamais… Cela ne correspondait jamais à ce que j’étais. Trop terre à terre ou New Âge. Les techniques étaient bien au point ainsi que les savoirs technologiques et organisationnels, cependant il manquait toujours quelque chose ! De l’ordre de l’humain. De l’ordre de l’amour et de l’harmonie. Tout cela, même en faisant du yoga et chantant toute la journée, ce n’était pas ça !

Je crois que c’est bel et bien là où j’ai compris que tant que l’on n’a pas fait le travail nécessaire sur nous, tant que l’on ne vit pas selon notre plus haute partie de nous-même, c’est fini. Tout projet entrepris ne sera pas sublimé par l’énergie supérieure. Et surtout, croire que les résultats visibles sont une preuve de réussite ! J’ai aussi compris que ce que je cherchais à l’extérieur, je l’avais à l’intérieur mais qu’il fallait que je le nourrisse de sentiments nobles et d’une volonté de fer.

Je me suis rendue compte qu’avant que toutes ces belles histoires que je raconte ne se réalisent, il fallait que ma foi soit indéfectible, ce qui n’a pas toujours été le cas, mais surtout et surtout pouvoir me MAÎTRISER. Maîtriser mes pulsions, renoncer à mes ambitions, ricaner de mes désirs. Ce n’est que cela qui me permettra de continuer à avancer et surtout à agir.

Ma propension à la méditation, au calme et à l’étude, c’est moi. C’est une tendance naturelle que j’ai. Cependant je suis aussi imprégnée d’une grande force d’action et de propulsion. Surtout dans le monde dans lequel nous nous trouvons, pouvoir agir selon ses capacités est pour moi essentiel. Il y a toujours des graines à semer, et pour ma part, rester toute la journée à méditer en chantant des mantras n’est pas fait pour moi. Toutefois, c’est une chose essentielle pour moi que je combine à la mise en action de choses concrètes.

Trouver un équilibre.

Le tout est d’unir les deux, le ciel et la terre, si je puis dire.

 

MES DÉFIS

Chaque situation, chaque pensée ou émotion qui surgit est un signe sur l’état dans lequel je me trouve aujourd’hui. Après toutes ces leçons et bien d’autres encore, j’en ai tiré les principaux défis :

  • Travailler dans le sens de l’harmonie intérieure.

    Je m’en suis rendue compte puisque je suis toujours à la quête d’harmonie sans cesse dans toutes les sphères de ma vie. Ce n’est pas évident à tenir avec cette idéalisation et rêveries permanentes et je me rends compte que la tempérance de mes exigences est aussi primordiale.

  • La Maîtrise des énergies qui me traversent en allant vers le centre.

Ce qui implique la maîtrise de l’énergie physique, intellectuelle et spirituelle et faire en sorte qu’elles puissent s’exprimer à l’unisson. En somme, trouver l’équilibre entre le corps et l’esprit.

C’est pour ces raisons que je donne de l’importance à mon mode de vie et particulièrement à mon hygiène de vie. Cela commence  par l’alimentation, l’activité physique et intellectuelle qui ne sont jamais déconnectés au sens donné à chaque bouchée mâchée, chaque geste effectué et chaque pensée qui se manifeste. Ce qui va de pair avec la nourriture de l’âme.

C’est ce dont j’ai besoin pour maintenir cette harmonie intérieure qui elle seule me permettra d’entrouvrir certaines portes. Il faut donc se débarrasser de tout ce qui ne correspond pas au désordre !

Malgré tout ce qui ne va pas dans ce monde, j’ai toujours espoir que la balance puisse pencher d’un certain côté. C’est toujours mon côté utopiste qui parle mais j’aime à croire que  »rien n’est joué », même si nous roulons à grande vitesse dans le mur infernal.

C’est souvent du petit nombre que viennent les grands changements…