Select Page

1. A la recherche permanente d’équilibre.

Dans toutes les philosophies sages ancestrales, l’équilibre et la voie du milieu n’étaient pas seulement des « concepts » mais se vivaient au quotidien de manière concrète. Les plus connues et qui ont été préservées et structurées sont celles venant d’Orient. Cependant ce n’est que le reflet d’une grande Connaissance des Lois Universelles et concerne donc tout le Vivant.

Tout comme l’être humain n’invente rien, toute Intelligence qui se manifeste à travers la Sagesse d’une culture est présente dans la Nature. Dans la Nature mais aussi et surtout dans notre corps physique.

Oui, le corps est une entité organisationnelle à part entière dont chacun de ses composants travaille au maintient constant de son équilibre et donc à celui de l’Ensemble.

Qu’entend-on par équilibre ?

 

. L’Homéostasie et l’équilibre acido-basique

Pour commencer, définissons les termes qui nous importent ici :

«L’homéostasie correspond à la capacité d’un système à maintenir l’équilibre de son milieu intérieur, quelles que soient les contraintes externes. À l’échelle d’un organisme, il s’agit de l’ensemble des paramètres devant rester constants ou s’adapter à des besoins spécifiques, comme la température corporelle, la glycémie, la pression sanguine ou le rythme cardiaque.

Le concept de l’homéostasie aurait été évoqué pour la première fois en 1866 par le médecin et physiologiste français Claude Bernard. Aujourd’hui, le concept a pu s’élargir à d’autres systèmes que ceux purement organiques, et peut s’appliquer aussi à un écosystème. »

                                    Source : https://www.futura-sciences.com/

 

Il y a donc environ un siècle et demi, quelques scientifiques occidentaux ont pu faire une analogie entre le corps (formant un système) et toutes formes de système autonome visant à sa survie permanente en s’adaptant à son environnement (les conditions extérieures).

L’Ayurveda, la Science de la Vie indienne l’avait bien formalisé et compris quelques millénaires plus tôt.

Il faut donc toujours garder en tête que la science occidentale est nouvelle et est loin d’aborder l’ensemble de la vie et la création dans son entièreté. Elle est encore un petit enfant qui apprend à marcher et expérimente la vie.

Pour revenir donc au principe de base de l’organisme, nous nous attardons un moment sur le principe de l’homéostasie : la recherche d’équilibre permanente.

Parmi ces équilibres, il y a un équilibre chimique de base, celui du pH. Le potentiel Hydrogène.

L’équilibre acido-basique est donc la capacité du corps à maintenir un équilibre entre l’acidité et l’alcalinité.

 

 

 

L’ensemble de l’organisme ne possède pas le même niveau d’optimalité du pH. L’estomac par exemple est un milieu très acide (à des fins digestifs) alors que le sang est légèrement alcalin.

Je précise ici qu’il y a certaines personnes qui utilisent le pH de l’urine comme mesure de l’acidité, or ce n’est qu’un indicateur partiel et ne peut donc être un  »diagnostic » fiable dans la mesure où le déséquilibre acido-basique est multifactoriel et peut provenir par exemple du dysfonctionnement d’un organe ou d’un manque d’oxygénation.

L’équilibre pH est donc l’homéostasie du pH de l’organisme et représente la régulation du pH du plasma. Le pH plasmatique varie normalement de 7,38 à 7,42.

Lorsque l’on parle d’ACIDOSE, cela fait référence à un excès d’acidité dans un tissu (et non dans le sang)

L’ALCALOSE quant à elle fait référence à un déséquilibre en faveur de l’alcalinité d’un tissu.

 

. Le Génie du corps

Le corps est un exemple de l’Intelligence de la Création, tout comme tous les êtres qui le composent.

Le corps vise remarquablement à gérer toutes les sources d’acidité, notamment celles de l’alimentation mais aussi celles fabriquées par les cellules et garde un pH toujours stable.

Comment fait-il ?

Il utilise différentes stratégies représentées dans ce tableau :

 

Stratégies du corps face à l’acidose

 

 

A VOTRE AVIS QUE SE PASSERAIT-IL SI LE CORPS PUISE EN PERMANENCE LES ÉLÉMENTS BASIQUES DANS LE CORPS SANS QU’IL Y AIT D’APPORTS EXTÉRIEURS (PAR L’ALIMENTATION PAR EXEMPLE) ?

 

 

 

 

Grâce à toutes ces stratégies, le corps s’auto-régule pour un fonctionnement optimal.

Malheureusement intervient l’ignorance et l’inconscience humaine face à son mode de vie. Lorsque ce dernier ne sait pas prendre soin de la Vie, il arrive que les sources d’acidité excèdent la capacité d’élimination de ces derniers et se trouve avec un terrain déséquilibré et fragilisé.

Voyez-vous, son inconscience l’a amené à dupliquer le même comportement envers la Nature. Celle-ci ayant une capacité de régénération extraordinaire, n’a guère besoin d’être  »protégée » mais plutôt d’être respectée et comprise. Les dérèglements observés aujourd’hui ne sont que la résultante d’une trop grande émission de déchets qu’elle devient incapable de transformer.

C’est comme si vous aviez une ville avec un système de  »gestion des déchets » obsolète ou inefficaces : pollutions et maladies s’en suivent. Bien qu’ils soient des travailleurs invisibles, il suffit que le personnel de ce service fasse grève quelques jours en plein été afin de constater les dégâts de l’accumulation des bennes à ordures pleines peuvent causer.

Nous allons donc voir quels sont les sources du déséquilibre acido-basique (acidose) et quelles sont les réaction physiologiques mises en route afin d’en venir à bout.

 

.

2. Sources des déséquilibres & les réactions biochimiques

Les sources de déséquilibre acido-basique* (je sous-entends à chaque fois par ce terme une acidose, c’est-à-dire un déséquilibre en faveur d’une acidité. En effet, le contraire existe et il s’agit là d’une alcalinose, un déséquilibre en faveur d’une alcalinité) sont nombreuses.

Tout d’abord, le corps fabrique naturellement des déchets par le seul fait de fonctionner. Ces déchets cellulaires résultent de la fabrication d’énergie ainsi que du renouvellement des cellules (ou de ses constituants).

Par la suite, il va de soi que les sociétés  »modernes » abondent en éléments favorisant un déséquilibre acido-basique (déséquilibres de toutes sortes d’ailleurs) en commençant par l’ALIMENTATION qui est un des premiers facteurs mais aussi par le MANQUE D’OXYGÉNATION et l’accumulation des CHARGES ÉMOTIONNELLES en tous genres.

Voici un récapitulatif non exhaustif des éléments et comportement favorisant une acidose.

Alimentation acide et acidifiante

Déficit d’aliments alcalins

Excès de protéines alimentaires (production d’acide urique et d’urée)

Carences en vitamines, minéraux, oligo-éléments, enzymes (production d’acide pyruvique et lactique)

Excès de glucides à haut index glycémique (production d’acide pyruvique et lactique accentuée par une carence en vitamine B1 et en oxygène)

Fermentation intestinale due à une mauvaise association alimentaire (par exemple protéine + amidon, typiquement pomme de terre et viande)

Graisses saturées (production d’acide cétonique)

Radicaux Libres

Suralimentation

Fatigue, surmenage physique, insomnie, endormissement tardif (production d’acide lactique)

Manque d’oxygène

Surcharge des émonctoires (organes éliminatoires)

Surmenage psychique

Insuffisance hépatique

Émotions acides (colère, tristesse, etc..)

Diabète (par l’accumulation de corps cétoniques)

 

Vous noterez que j’emploie le mot « excès », ce qui n’est pas évident concrètement à quantifier lorsque l’on se trouve dans la pratique (à partir de quel moment je sais ou je sens que j’ingère en  »excès » tel ou tel produit ?).

Tout d’abord, cela relève du bon sens. Si vous vous nourrissez de viande à chaque repas par exemple, il va de soi que vous déroulez le tapis rouge à un terrain acide. Ensuite, nous sommes tous des personnes différentes et d’autres éléments peuvent rentrer en compte, c’est une hygiène de vie globale cohérente qui vous permettra d’être à l’écoute de vos sensations et besoins et non des calculs impersonnels ou moyens.

 

 

DÉRÈGLEMENT DES INTESTINS + DÉRÈGLEMENT DU PH

=

COLONISATION PAR UNE FLORE PATHOGÈNE

(bactéries, virus, champignons et parasites pouvant provoquer des infections)

 

 

. Réactions du corps face à l’acidose

Nous avons vu dans le tableau plus haut (dans la partie  »Génie du corps ») que le corps met en place diverses stratégies afin de se mettre sur le droit chemin et équilibrer ce qui doit l’être.

Voyons de plus prêt ces stratégies.

      1. L’effet « tampon »

Le système tampon est un système qui permet d’absorber et neutraliser une partie de l’acidité et de l’acheminer ensuite vers un organe d’élimination. C’est comme associer le + et le – afin d’obtenir un élément  »neutre ».

Le corps va donc utiliser les éléments alcalins présents dans le corps afin de neutraliser les éléments acides : calcium, magnésium, sodium, fer, cuivre, potassium, manganèse.

   2. Les poumons

L’évacuation des acides volatils se fait par l’intermédiaire des poumons, un des organes éliminatoire par excellence.

Les acides volatils sont composés de l’acide citrique, oxalique, pyrivique, acétyl acétique, carbonique, lactique et cétonique (dans les fruits, légumes et lait).

Petite précision concernant le processus de détoxication à travers le jeûne : les corps cétoniques (entre autres) évacués à travers les voix respiratoires octroient une haleine acidulée  »de pomme de reinette ». L’oxygénation et la respiration consciente est très importante, surtout dans un environnement peu pollué.

   3. Les reins

Les reins, un des organes éliminatoires se charge de l’évacuation des acides fixes, à savoir l’acide sulfurique, urique (d’où le nom urines) et phosphorique.

   4. Les autres émonctoires

Il ne faut pas non plus négliger le travail de l’évacuation des déchets à travers la peau par les glandes sudoripares. C’est une des raisons pour lesquelles l’activité physique et la sueur en général est très bénéfique en ce sens.

N’oublions pas le foie, qui est ici un organe essentiel de détoxification de l’organisme qui a aussi son rôle à jouer dans le maintien de l’équilibre acido-basique. Il intervient dans l’élimination de l’ammoniaque, dans la dégradation du lactate (acide lactique) et contribue à la transformation des acides organiques en gaz carbonique.

. Acidification permanente et début des maux


Lorsque le cors n’est plus capable d’éliminer correctement les excès d’acidité, les maux surgissent sous diverses formes.

* Inflammations de tissus en -ite (arthrite, tendinite, sinusite, otite, polyarthrite

* Inflammations des gencives

* Ostéoporose (par le manque de calcium)

* Fatigue chronique

* Baisse du système immunitaire (et porte ouverte à tous types d’infections)

* Mauvaise qualité des ongles, de la peau et des cheveux

* Empêche le bon fonctionnement des articulations (dû au ‘  »sacrifice » des minéraux pour la neutralisation de l’acidose)

* Déminéralisation

* Eczéma, boutons

* Dépression, nervosité

* Maux de tête, migraines

* Brûlure d’estomac, ulcère

* Rhumatisme, goutte, sciatique


3. Retour à l’équilibre

Nous n’avons pas le choix que de retourner à la source de l’équilibre, autrement une dégénérescence latente s’en suivra. C’est mathématique. Ce retour à l’équilibre implique des changements extérieurs mais aussi intérieurs.

. Fermer le robinet d’acidité

S’il y a une fuite de gaz chez vous, la première chose que vous ferez certainement est de fermer le robinet. C’est la même chose avec les sources d’acidose. Cependant méfiez-vous des idées trop simplistes des classifications acides/basiques. Cela n’a aucun sens puisque nous n’avons pas tous le même terrain et les même aptitudes à l’assimilation et à la détoxication, sans compter l’hygiène de vie globale, etc…

Il faut avoir d’abord identifié les sources d’acidité puis entreprendre les actions nécessaires afin d’y remédier.

Gardons en tête que les grandes causes sont alimentaires, physiques et émotionnelles.

ALIMENTATION

Soigner la qualité la flore intestinale

Alimentation anti-inflammatoire

Voici une EXCELLENTE vidéo pleine de bon sens qui informe sur la subtilité de l’alimentation acido-basique

OXYGÉNATION

Exercices de Respiration au grand air (le moins pollué possible)

ACTIVITÉS PHYSIQUES

Favorisez le mouvement et la transpiration

STIMULATION DES ÉMONCTOIRES

Drainage et soutien de vos organes

REMINÉRALISATION

Identification des carences et traitement à court terme

Dans un prochain article, je m’intéresserai plus en profondeur sur l’optimisation des émonctoires afin de faciliter leur travail d’évacuation des déchets.

Prenez soin de vous.  

*Déséquiibre acido-basique avec pH des tissus acide = Acidose *Déséquilibre acido-basique avec pH des tissus alcalin = Alcalose